Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française

Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française

Cérémonie des vœux à l’Elysée

Mercredi 12 janvier 2022, une délégation de la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française, composée des lauréats des concours 2021 du « Meilleur Croissant au beurre », « Meilleure Baguette de tradition française », « Meilleurs Jeunes Boulangers de France », «Trophées des Talents du Conseil et de la Vente en boulangerie-pâtisserie », « Meilleurs Apprentis de France boulangers », de personnalités et partenaires de la profession, délégation conduite par Dominique Anract, a été reçue à l’Élysée par Emmanuel Macron, Président de la République pour la traditionnelle cérémonie des vœux.

À cette occasion, différents points d’actualités ont été abordés comme l’apprentissage, la candidature des savoir-faire artisanaux et de la culture de la baguette de pain au patrimoine immatériel de l’Unesco, ou encore l’augmentation des coûts de l’énergie et des matières premières. Le Président de la République a salué le travail de l’artisanat, « métiers de passion de transmission », n’hésitant pas à comparer leurs savoir-faire à « un trésor pour la France ».

Dominique Anract, a exprimé l’inquiétude de la profession face à la forte augmentation des prix de l’électricité, du blé et du beurre, qui « rend chaque jour la fournée plus chère ». « Nous ne pourrons supporter seuls cette pression » si elle devait se poursuivre, a-t-il prévenu, tout en saluant les aides débloquées par l’Etat pour réduire l’impact de la crise du Covid-19.

Emmanuel Macron a par ailleurs salué « les chiffres exceptionnels » de l’apprentissage, qui a franchi « un record historique » en 2021 avec quelque 700.000 contrats, après la réforme de 2018 qui « est l’archétype de ce que nous devons faire ». S’adressant à une centaine de boulangers, pâtissiers et meilleurs ouvriers de France rassemblés pour l’occasion à l’Elysée, le chef de l’Etat a aussi rendu hommage à « la France humble, silencieuse, au travail », « cette France silencieuse qu’on entend si peu car elle se lève tôt pour travailler ».

Discours de Dominique Anract pour la cérémonie des vœux 2022 à l’Elysée. 

Monsieur le Président de la République,

Mesdames, Messieurs les ministres,

Mesdames et messieurs,

Chers amis.

Permettez-moi, de prendre quelques instants pour vous parler d’Adrien Ozaneaux, parmi nous aujourd’hui ? C’est le lauréat 2021 du concours national du meilleur croissant au beurre.

Dès le lendemain de la finale, la boulangerie familiale à Epinay-sur-Orge a multiplié ses ventes de croissants par six. Elle a même expédié des croissants jusqu’au Japon. Et Adrien m’a dit « Oui, je dois travailler davantage, mais je ne change rien. C’est toujours moi qui les faits, les croissants. Je me lève encore plus tôt, c’est tout. »

Je vous raconte tout cela, ici, le plus simplement du monde parce que, pour moi, c’est un exemple.

C’est un modèle de courage, de persévérance, de volonté et de confiance.

Et dans ce monde où nous devons faire face aujourd’hui, à tant d’adversités ce sont, à mes yeux, des valeurs essentielles.

Gardons confiance dans l’avenir.

Cette confiance n’est ni aveugle, ni béate. Elle exige de nous, sans doute aujourd’hui davantage d’efforts, de volonté. Mais espérer, c’est d’abord ne pas subir. Espérer, c’est le meilleur vaccin, pour préserver la vie.

Je sais aussi pour sillonner chaque semaine nos régions, nos cantons, nos communes jusqu’aux plus petites, que les boulangers de France, ne manquent ni de volonté, ni de confiance dans l’avenir.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous sommes l’une des professions qui encourage le plus les vocations. Qui forme le plus grand nombre d’apprentis.

Nous avons, Monsieur le Président, battu un record l’an dernier avec 31 230 apprentis formés en boulangerie-pâtisserie-chocolaterie. Pratiquement 1 apprenti par entreprise ! Oui, un vrai record, rendu possible grâce aux nouvelles dispositions prises par le gouvernement en faveur de l’apprentissage et notamment aux aides exceptionnelles prolongées jusqu’en juin.

Mais aussi grâce à l’engagement de toute la profession. Nous avons ainsi multiplié pour ces jeunes, maîtres d’apprentissage, places, filières, concours aussi.

La Confédération de la Boulangerie organise ainsi le concours du meilleur apprenti boulanger.

Et je suis très heureux et très fier, aussi de vous dire, Monsieur le Président, que le meilleur jeune boulanger de France 2021 est une boulangère … Julie Unterreiner, 18 ans, originaire du Haut-Rhin présente elle aussi.

Pourtant, si nous sommes résolument tournés vers l’avenir, l’horizon n’est pas sans nuages.

La flambée du coût des énergies, l’augmentation du prix du blé, de la farine, ou encore du beurre, rendent chaque fournée plus chère.

Oui, tout cela n’est pas sans susciter chez nous quelques inquiétudes. Et disons-le clairement, nous ne pourrons pas très longtemps supporter seuls cette pression si elle devait se poursuivre, plus avant.

Je sais que le gouvernement est déjà alerté et vigilant sur ce point.

Mais je voulais le rappeler aujourd’hui, ici, et devant vous.

Monsieur le Président, il y a heureusement des dossiers plus légers et plus gais.

Comme celui de la candidature des savoir-faire artisanaux et de la culture de la baguette de pain au patrimoine immatériel de l’Unesco. La décision est attendue cette année, en octobre. Et si, comme nous l’espérons tous, la France obtient cette reconnaissance ce sera grandement grâce à vous.

Je n’oublie pas, en effet, combien vous nous avez encouragés, lorsque je vous avais fait part de notre projet, ici même, il y a trois ans. Combien aussi vous nous avez accompagnés dans le cheminement de notre candidature jusqu’à sa sélection. Ce dont je remercie aussi Madame la ministre de la Culture.
Cette reconnaissance mondiale que nous attendons tous, avec confiance justement est celle d’une tradition, d’un art de vivre mêlant la culture de la transmission, avec celle du partage et du goût.

Ces valeurs, nous continuerons à les défendre avec ténacité, humilité et confiance en l’avenir.

C’est aussi avec cette confiance et au nom de tous les boulangers de France que je vous présente

Monsieur le Président,  nos vœux les meilleurs pour 2022.

© Loic Corroyer/LNBP

© Anne Aldeguer